Ils sont au nombre d'une quarantaine. Ces artistes occupent le théâtre de l'Odéon depuis 10 jours, à Paris, pour faire une réclamation du retrait de la réforme de l'assurance-Chômage. Néanmoins, ce n'est pas seulement ce combat, ils mènent. Cependant, au-delà de leur lutte pour la culture, un autre objectif les poussent à agir : fédérer aussi d'autres luttes sociales.

L'idée d'occupation de l'Odéon : signe d'une manifestation qui sort de l'essaim

Les salles de théâtre ne font que se remplir et cela n'arrête pas depuis que les mouvements ont été lancé. Un autre lieu s'ajoute au tableau listant les salles de théâtre remplies en France par les manifestants et surtout les 40 artistes ayant occupé le théâtre de l'Odéon depuis plus d'une semaine ont du mal à y croire.
À travers la France, 24 autres lieu de théâtre sont occupés déjà. Le chiffre gonfle d'heure en heure, preuve d'une manifestation qui qui sort de l'essaim. La comédienne de 35 ans, Jennifer Catelain estime que les personnes qui s'ajoutent au mouvement font bien de le faire.
La présence d'un effet de boule de neige aide eux tous à tenir et à persévérer dans la lutte. Jennifer parle aussi des conditions de vie, qui sont selon elle précaire. Le rythme dans ce domaine est très fatiguant, d'où c'est une bonne chose d'être soutenus. Comparativement à ses camarades, la mère de deux enfants s'est mis au pas pour se joindre à ce mouvement qui résulte de la pensée d'occuper l'Odéon.

Le monde de la culture frappé en plein fouet par la pandémie

En raison de la pandémie, le monde de la culture Française est gravement touché. Ce qui fait dire à certaines personnalités du domaine que ce domaine reste sans perspective des années meilleures. Les choses que réclament les occupants de l'Odéon ne sont pas négligeables. Ils demandent principalement le retrait de la réforme de l'assurance-chômage et de la prolongation de l'année blanche. Cette dernière correspond à une forte action des droits d'indemnisation jusqu'en août 2021.

By